CM0.jpg

Au programme de ce conseil municipal, le Schéma Départemental de Coopération Intercommunale en Isère (SDCI).

Je ne suis pas sûr que le sujet passionne les foules mais il faut bien l’aborder dans ce compte rendu puisque l’avenir de la Métro en dépend. Je cite le Préfet : « vous disposez d’un délai de 3 mois pour exprimer un avis clair uniquement sur les mesures prescriptives du projet de SDCI qui concernent votre collectivité ».

SDIC.jpgEn résumé (voir également notre précèdent article sur le sujet) : les communes concernées doivent donner leur avis sur l’agrandissement de la Métro de 27 à 51 communes.

A mon sens quand on donne un avis, on fait savoir si l’on est pour ou si l’on est contre, éventuellement on émet des réserves argumentées sur le projet. Et bien au conseil municipal de Claix ce n’est pas le cas : « La commune de Claix prend acte des prescriptions relatives à l’évolution du périmètre de l’agglomération, et rappelle son attachement à la mise en place rapide d’une communauté urbaine ». Vraiment bizarre d’autant que le passage en communauté urbaine n’est pas dans le projet.

L’histoire retiendra que la commune de Claix a regardé passer le train sans savoir s’il fallait ou pas monter dedans ! Mais c’est peut être une façon de pouvoir dire plus tard (quelle que soit la décision finale du Préfet) : je n’ai pas validé ce projet ou je ne me suis pas opposé à ce projet (c’est selon !).

Face à cette ambiguïté, l’opposition, favorable au changement de périmètre, a refusé de participer au vote.

Quelques photos prises lors de l’intervention de Michel Cuaresma qui s’étonnait que la majorité ne donne pas d’avis et se contente de prendre acte.

CM1.jpg CM2.jpg CM3.jpg CM4.jpg CM5.jpg

Deuxième sujet d’importance lors de ce conseil municipal, le rapport de la Commission pour l’Accessibilité aux Personnes Handicapées (CAPH).

Des efforts notables ont été faits sur la commune de Claix pour l’accessibilité, ils ont été listés en séance. Mais encore une fois la présentation est bizarre. Nous avons eu droit à l’affichage de la politique municipale en la matière, nous avons appris que la commune avait créé une commission handicap… Mais à aucun moment de son intervention le rapporteur a expliqué que ces éléments étaient consécutifs à la loi handicap de 2005.

Et surtout nous n’avons aucune visibilité sur ce qu’il reste à faire avant 2015, date où tous les bâtiments publics devront être accessibles : « …continuité de la chaîne de déplacement entre le cadre bâti, la voirie, les aménagements des espaces publics et les systèmes de transport ».

Je fais 2 hypothèses à cette présentation tronquée :

  • la commune ignore que la loi handicap existe,
  • nos élus s’approprient une démarche imposée par loi en expliquant qu’il s’agit d’une initiative communale.

Aller… je pencherai plutôt pour la deuxième hypothèse !

politique-communale.jpg

Je vous passe sous silence les 2 délibérations d’achats de terrain pour construire des logettes poubelles.

Comme feu d’artifice final, en préparation de celui du 13 juillet au Parc de la Bâtie, nous avons eu droit à quelques passes d’armes entre Thierry Lande et le Maire au sujet du Parc des Pérrouses.

Ce parc, d’abord classé au PLU en zone naturelle, est redevenu constructible suite à un recours des propriétaires au tribunal administratif. La négociation à l’amiable, menée par la mairie, conduit à rendre constructible immédiatement une partie du Parc en échange de la vente à la mairie d’une autre partie pour le transformer en parc public. Je n’ai pas bien compris pourquoi cela avait énervé notre trublion communal !

Mais ce qui l’a le plus énervé (il a quitté la salle) c’est quand le Maire, à l’issue du conseil, a projeté un échange de mail où il est question de chantage, de dommages et intérêts de non communication… Ça sentait le règlement de compte mais c’est incompréhensible pour le commun des mortels !

CM7.jpg

Ce n’était que la troisième bizarrerie de ce conseil municipal décidément très bizarre !

Le compte rendu qu’en a fait le DL :

DL-2011-07-02-Conseil-municipal.jpg